Accueil > Quatre domaines > 3ème domaine : technologies de la Connaissance, usage et sens de (...)

3ème domaine : technologies de la Connaissance, usage et sens de l’usage

Comment des technologies devenues celles de la Connaissance, après avoir transformé nos manières de communiquer et de nous organiser, transforment dorénavant nos manières de penser et d’agir.


Par leur extraordinaire évolutivité, les technologies de l’Information et de la communication bouleversent nos organisations et nos comportements en les soumettant à un effort permanent d’adaptation. Les pilotes de ces organisations ont dû, eux aussi, s’adapter en permanence. Passant de la hiérarchie pyramidale au réseau des acteurs, s’imposant comme leaders de communautés compétentes, ils sont devenus les gestionnaires autant de la complexité que de l’incertitude. Ils ont appris à s’affranchir des raisonnements linéaires, à échapper aux logiques exclusives, à passer du OU au ET, voire à concilier les contraires ; et ce, dans leur façon, aussi bien de décider que d’agir. Et chacun aujourd’hui, sous la pression du développement technologique, d’user des vertus de la pluralité dans le pilotage de processus, la résolution de problèmes, la conduite de projets ou la direction de programmes ; et chacun de découvrir la fécondité du paradoxe dans le management de systèmes techniques, organisationnels et humains ; et chacun de restaurer sa subjectivité au moment de prendre des décisions créatrices d’avenir entre saisie d’opportunités et non-déterminisme technologique.

Car ces technologies ne sont plus tout à fait celles de l’Information. Elles sont devenues celles de la Connaissance ; celles qui mettent le savoir à la disposition de tous et permettent à chacun d’y accéder à tout moment ; celles sans lesquelles le Juste-à-Temps de la Connaissance ne serait que chimère. Car ces technologies rendent possible la mise en réseau, mieux le partage, mieux encore la coproduction du savoir. Elles permettent en effet de rechercher, classer et relier des contenus pertinents ; de rédiger, composer et soumettre des représentations évolutives de la réalité : chacun passant ainsi du seul statut d’utilisateur à celui d’auteur, pour le moins de contributeur. Et dans les systèmes les plus avancés, elles permettent de calculer, concevoir et développer des modèles prédictifs ; bref de simuler le comportement de la réalité avant de piloter les systèmes physiques destinés à la transformer.

Au fond, ces technologies qui ont largement transformé nos manières de communiquer et de nous organiser, transforment dorénavant nos manières de savoir, d’essayer et d’agir. Car devenues des machines à penser, elles transforment aussi nos manières de penser, donc de décider et d’agir.

Avec pour ambition de repérer où sont les invariants dans cette évolution des technologies, le présent travail est construit en quatre parties gigognes ; chacune d’elles constituant le contexte de la suivante ; et ce, jusqu’à la dernière qui, alors, aide à mieux encore comprendre la première.

Chapitre 0 - Mes dix aventures technologiques - Télécharger le PDF
Chapitre 1 - Choses, signes et êtres : une coévolution - Télécharger le PDF
Chapitre 2 - Cognition : le traitement des connaissances - Télécharger le PDF
Chapitre 3 - Des technologies pour savoir, essayer et agir - Télécharger le PDF
Chapitre 4 - De l’usage au sens de l’usage - Télécharger le PDF



Mentions légales | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0